Au Palais Gourmand


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Sélection d’ebooks gratuits en français proposée par La Fnac
Voir le deal

 

 Pâques semaine sainte en CORSE

Aller en bas 
AuteurMessage
daidzou1305
Grand Maître Restaurateur
Grand Maître Restaurateur
daidzou1305

Féminin Nombre de messages : 1649
Age : 64
Localisation : hautes alpes La Piarre tout petit village
Date d'inscription : 06/11/2007

Pâques semaine sainte en CORSE Empty
MessageSujet: Pâques semaine sainte en CORSE   Pâques semaine sainte en CORSE EmptyLun 28 Jan - 20:20

J’ai vécu essentiellement en Provence et dans les Alpes mais une partie de mes racines est en Corse Ma Maman était originaire de la Castagniccia très croyante et elle parlait de la semaine sainte de Sartène comme de l’événement. Je vous livre mon souvenir de ces paroles ………..
SEMAINE DE PAQUES
SEMAINE SAINTE EN CORSE
ET
PLUS PRECISEMENT A
SARTENE

La Semaine Sainte donne lieu, à travers toute la Corse à des cérémonies religieuses relatant le temps pascal. Les plus remarquables sont les processions des Jeudi Saint et Vendredi Saint, jours durant lesquels de nombreuses villes et villages en commémorent les événements
Pendant la semaine sainte les cloches se sont plus sonnées. Tout reste silencieux


LE JEUDI SAINT


On dépouille les autels, on masque les statues, on éteint les cierges.
On dit les Vêpres, "Office des Ténèbres", au cours de laquelle, le vacarme -chaos cérémoniel- est destiné à chasser le diable et les mauvais esprits
Sartène est la ville corse où se déroule la plus connue des processions du Catenacciu



LE VENDREDI SAINT : LE CATENACCIU



Un pénitent enchaîné, portant une cagoule et chargé de la croix, effectue, à travers la ville, sur un tracé tout en pente, car la procession nocturne du "Catenacciu", symbolise la montée du Christ au calvaire.

Seul le curé de la paroisse connaît l'identité du pénitent. et le chant corse dit que même sa mère ne sait pas que c'est lui

Vêtu d'une aube et d'une cagoule rouges, il porte sur ses épaules une croix en chêne massif de 34,5 kg et traîne une chaîne de 17 kg sanglée à sa cheville droite. Pendant deux heures, suivant un parcours de près de deux kilomètres, il incarne le Christ et refait son calvaire.
Trois jours avant, le pénitent s'est enfermé dans une cellule monacale du couvent des Saints Come et Damien, où il médite, lit la Bible et prie.

Le Vendredi saint à 21 h, le "catenacciu " (littéralement "homme enchaîné") arrive à l'église Sainte-Marie (Santa Maria Assunta), où les membres de la confrérie le chargent de la croix et l'enchaînent devant l'autel.

A 21 h 30, la procession sort de l'église. Les membres de la confrérie forment une haie d'honneur et chantent sans interruption le vieux chant italien corsisant de pénitence: "Perdono, mio Dio".
Comme le Christ, le "catenacciu" doit chuter trois fois sur la route qui le mène au "Golgotha".

La première chute se déroule devant l'oratoire Sainte-Anne, l'église paroissiale de Sartène au XVIIIè siècle. Toute la ville récite le "Notre Père" et le "Je vous salue Marie" pendant que le pénitent reste couché sur le sol.

La seconde chute s'effectue sur la place Porta, au pied de l'église Sainte-Marie. A mi-parcours, le "catenacciu" est soulagé de son fardeau par Simon de Cyrène, un pénitent blanc, celui qui a aidé le Christ à porter sa croix. Avant la troisième chute et le retour vers Sainte-Marie, toute la procession fait une halte à l'église Saint-Sébastien. Le "catenacciu" s'y recueille et prie agenouillé devant l'autel, au pied duquel se trouvent un Christ gisant et une Vierge drapée de noir.

Après la troisième et dernière chute, les pénitents rejoignent le parvis de l'église paroissiale. Là, les pèlerins écoutent le sermon et reçoivent la bénédiction pascale.

Puis tous regagnent l'église Sainte-Marie pour s'y recueillir. Agenouillés ou couchés devant le maître-autel, les pénitents devront attendre que tous les pèlerins aient baisé un à un le Christ gisant.

La cérémonie désormais close, on ramène le "catenacciu" et Simon de Cyrène dans leurs cellules. La foule mettra plus d'une heure à défiler dans l'église

LE SAMEDI SAINT


Jour de purification, le prêtre bénie les maisons qui ont été préalablement nettoyées (on accomplit des gestes rituels: les femmes bougent les meubles, les touchent ou les battent avec des baguettes de bois, remués ainsi sont libérés des forces mauvaises). Puis on allume un grand feu sur la place de l'église: u focu novu ou focu benedettu; chacun apportant un morceau de bois, récupérera des charbons pour le ramener chez lui. Bénis ils apportent la protection.
On profite du feu pour brûler les rameaux de l'année précédente.
C'est aussi ce jour-là que l'eau est bénite pour servir aux baptêmes de l'année et au bénitier.


LE DIMANCHE DE PAQUES


Pour célébrer la résurrection du Christ, le repas traditionnel est composé de l'agneau pascal ainsi que de gâteaux tels que: panette, cacavelli, canistroni, cruconi, campanile etc...Les maisons retrouvent la gaieté et les cloches reviennent


Le LUNDI DE PAQUES Jour de la Merendella (dinette)


Jour de grande excitation et d'euphorie pour petits et grands.
On prépare un pique-nique et les enfants sont à la fête ce jour-là.
Il se fait souvent en famille ou entre amis et pour partager ce repas champêtre il n'est nul besoin d'aller très loin. Il suffit de faire la merendella hors de la maison, dans le jardin ou le maquis.

Avec le renouveau, la Nature comme le Christ ressuscite dans ses forces vives et il est salutaire de rentrer en contact avec les énergies bénéfiques dont elle est investie

Une très ancienne chanson d'Antoine CIOSI raconte le Catenacciu

LE PORTE CROIX


-Les pieds rouges de sang, il avance à pas lent, le porte-croix, Trébuchant sur les pierres, il marche son calvaire, le porte-croix La tête sous la cagoule, pour que ceux de la foule ne sache pas Qui est cet inconnu, qui devant deux pieds nus porte la croix. Lui qui faisait violence, il fait sa pénitence, en silence; Les yeux pleins de rougeur, brûlé par la sueur et la chaleur
Refrain:
Laissez passer, laissez passer le porte-croix, laisser passer le pénitent et ses péchés, Laissez passer celui qui porte la lourde croix, laissez passer car lui seul sera pardonné

- Les pieds rouges de sang, il avance à pas lents, le porte croix, Et soudain dans la foule, à travers sa cagoule, le porte-croix , a reconnu sa mère, venu faire la prière et ne sait pas que c'est son fils à elle qu'aujourd'hui on appelle le porte-croix. Est-ce de l'intuition pour que vieille et sans raison, elle soit là. On dirait qu'elle sent que c'est un peu son sang qu'elle aperçoit.
Refrain:
Laissez passer, laissez passer le porte-croix, laisser passer le pénitent et ses péchés, laissez passer celui qui porte la lourde croix, laissez passer car lui seul, sera pardonné, laissez passer, laisser passer le porte-croix
Revenir en haut Aller en bas
 
Pâques semaine sainte en CORSE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Palais Gourmand :: LES JEUX, LECTURES et LÉGENDES :: Lecture (Coutumes et Traditions Régionales)-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser